Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 00:00

2014 01 18 ListeDurand ces dernières semaines, j’ai tenté de faire un bilan des actions et projets que nous avons menés à bien, derrière Philippe Houillon,  au cours des deux derniers mandats.

Comme chacun a pu s’en rendre compte, et particulièrement ceux qui savent d’où nous partions, nous pouvons être fiers de tout ceci. Je rappelle que plus de 110 millions d’euros ont été réalisés dans le même temps ou nous redressions les finances laissées dans un état de déséquilibre par le maire et l’équipe socialiste qui nous a précédés.

Fiers des équipements que nous avons réhabilités, rénouvés ou construits, fiers des manifestations et évènements que nous avons amplifiées ou créés, fiers des soutiens que nous avons apportés aux Pontoisiens et en particuliers aux jeunes et aux séniors, fiers enfin d’avoir fait tout ceci sans augmenter les impôts dans un contexte national qui se dégrade et des partenariats qui diminuent.

Il en est qui, pour des raisons purement polititiennes ou électorales, nient cette réalité alors qu’ils ont voté avec nous plus de 90% des décisions qui ont été prises en conseil municipal. Il en est même qui en ont votées 100% et ont porté avec nous tous les projets sans exception et qui voudraient actuellement faire croire que nous avons fait preuve d’immobilisme. Ils n’ont pas le courage et n’assument pas leurs décisions. Pire, alors qu’ils sont en critique, ils sont toujours dans la majorité municipale du fait qu’ils n’ont pas démissioné, vraissemblablement pour pouvoir encore toucher leurs indemnités. Chacun jugera.

J’aurai encore pu décliner d’autres réalisations, travaux et actions mais je m’arrête à la veille du premier tour. Les meilleurs retours sont les remerciements et encouragements qui nous ont été adressés pendant toute la campagne et les meilleurs juges seront les nombreux votes qui se porteront ce dimanche sur notre liste. Tout le reste sera demain littérature…

A demain pour un dernier message.

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 09:03

2014-03-20-Creche-des-Larris.JPGAujourd’hui, premier jour du printemps, je poursuis ce beau bilan de mandat par un nouvel équipement, attendu par de nombreuses familles et qui va ouvrir tout prochainement : la crèche des Larris et ces 60 nouveaux berceaux.

La garde d’enfants est une des fortes demandes des jeunes couples pontoisiens qui, travaillant, doivent trouver la solution la plus adaptée.

Nous le savons, à Pontoise comme dans de très nombreuses villes, il manque de places en crèche pour répondre à toutes les demandes. Ce n’est pas que les collectivités ne veulent pas en construire, mais bien parce que le coût de fonctionnement est souvent incompatible avec leurs budgets.

Je note qu’en cette période électorale, certains font la promesse de construire 150 places nouvelles en plus de ces 60 berceaux et de ceux prévus sur le futur quartier Bossut. Et tout ceci, vous pouvez toujours le croire, sans augmenter les impôts. Or, il faut savoir qu’une fois perçu la participation de la Caisse d’allocations familiales et celle des parents sur la base du quotient familial, un berceau pèse en moyenne pour environ 6 500€ par an sur le budget de fonctionnement de la ville, soit l’équivalent de la taxe perçue sur plusieurs foyers. C’est dire que 150 nouveaux berceaux péseraient pour plus d’un million d’euros sur le budget municipal. Mais ceci ne figure pas dans les programmes…

Pour notre part nous avons toujours fait le choix de répondre au mieux aux familles en offrant de multiples solutions avec les crèches, mais également avec les haltes garderie et les assistantes maternelles. Pour ces dernières nous avons d’ailleurs ouvert deux Relais assistantes maternelles ou RAM, le premier à Marcouville et le second aux Louvrais. D’autres sont prévus dans les autres quartiers au cours du prochain mandat. Ces sturctures permettent aux assistantes, parents et autres acteurs intervenants dans le domaine social ou médical de se rencontrer et d’échanger.

De même, nous avons exigé qu’une crèche soit prévu dans le projet d’urbnisation du quartier Bossut et nous soutenons les différents projets de crèches d’entreprises qui s’annoncent sur Pontoise.

Nous savons qu’il nous faudra encore prévoir l’ouverture de nouveaus équipements pour répondre aux demandes non satisfaites. Mais nous les planifions dans un calendrier qui soit réaliste et compatible avec la capacité financière de la ville.

Dans l’immédiat, réjouissons nous de l’ouverture de ce nouvel et bel équipement qui va venir compléter l’offre à Pontoise.

Pour l’avenir, il ne s’agit pas de faire des promesses inconsidérées, mais bien plutôt d’agir comme nous l’avons fait et continuerons à le faire dans le mandat qui s’annonce.

 

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:37

2014 03 19 Quartier BossutDurand cette campagne, à l’occasion des réunions publiques organisées dans tous les quartiers, Philippe Houillon a décliné les enjeux de ces élections municipales des 23 et 30 mars.

Au nombre de ceux-ci, la gestion des finances communales dans un contexte de réduction des concours de l’Etat et des partenaires traditionnels, eux-mêmes touchés par la baisse des dotations votées par le gouvernement socialiste de Monsieur Hollande.

Second enjeu, celui de l’identité qui n’est pas sans réel intérêt pour la seule ville disposant d’un passé historique et  d’un patrimoine justifiant l’obtention de son label « Ville d’art et d’histoire ».

Enfin, troisième enjeu majeur, celui de l’augmentation de l’ordre de 25% de la population pontoisienne d’ci à 10 ou 15 ans et de la nécessité de préparer la ville à son accueil.

L’urbanisation de l’ancien quartier militaire Bossut concerne particulièrement ces trois enjeux au motif que  la population nouvelle s’installera principalement sur ce site, que les finances municipales doivent permettre de financer les équipements indispensables pour l’accueillir dans de bonnes conditions (écoles, équipements sociaux, sportifs, culturels…) et enfin que le caractère de ce quartier doit être au maximum porteur de l’identité pontoisienne.

S’agissant des finances, notre gestion passée nous permet aujourd’hui de financer les équipements en question du fait des équilibres et de notre capacité d’emprunt retrouvés. Il faut en effet anticiper l’arrivée des nouveaux Pontoisiens et pour cela ne pas compter sur les nouvelles recettes fiscales comme le pensent naïvement  nos concurrents. Ces recettes seront réelles mais avec un à deux ans de décalage.

S’agissant de l’identité, il aura fallut que Philippe Houillon tape du poing sur la table pour obtenir de la communauté d’agglomération que les constructions envisagées soient pensées de façon harmonieuse et non agglomérées les unes aux autres sans aucune vision globale. Rappelons ici que l’urbanisation du Quartier Bossut n’a pas été voulue par notre majorité et que la ville n’est pas maître d’ouvrage. Cela dit, nous avons l’obligation d’exiger que nos futurs voisins puissent vivre dans un cadre de vie le plus agréable possible. C’est ainsi que nous avons obtenu le maintien d’un espace central ouvert et végétal sur l’ancienne place d’armes, une hauteur de bâtiment relativement limitée, un mobilier urbain de qualité, une gestion moderne des déchets  avec des bornes enterrées…

Ces réelles avancées corrigent heureusement le projet qui nous avait été initialement concocté.

Nous le devons à la forte mobilisation de notre majorité, toutefois rarement soutenue par l’opposition socialiste qui a toujours préféré soutenir le président de l’agglomération pour des raisons politiciennes.

Vous imaginez vous être représenté par un maire aux ordres de la communauté d’agglomération ou d’un autre qui n’a pas les épaules assez larges pour défendre les intérêts des Pontoisiens face à Messieurs Lefevre et Richard ?

Moi pas !

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 22:50

2011 02 22 €

Si les Pontoisiens ont besoin de savoir quels sont les projets et engagements sur lesquels s'engagent les candidats, ils ne sont malheureusement pas toujours en capacité de décrypter et de mesurer ce qui est du domaine du possible et du réalisable de ce qui est de la pure promesse sans lendemain.

La liste socialiste présente 108 propositions dont une bonne partie sont déjà une réalité (ex : mise en place des rythmes scolaires, service logement, accompagnement des demandeurs d’emploi…) et d’autres sont des engagements creux du genre : mettre au profit, favoriser, enrichir le livret… autant de promesses qui n’engagent pas réellement. Et que dire de toutes les promesses de gratuités, soutiens, prises en charge, réductions… qui vont peser lourdement sur le budget de la ville quand ce dernier est contraint par les baisses de participations du gouvernement que Madame Brami et ses colistiers soutiennent. Et tout ceci sans augmenter les impôts. Gare au retour des déficits que nous ont laissés les socialistes pontoisiens en 2001.

Toujours sans augmenter les impôts, une autre tête de liste, tout en dénonçant une politique qu’il a toujours votée, nous annonce de multiples projets. En y regardant de près ces projets sont déjà réalisés ou en cours, techniquement irréalisables ou incompatibles avec la capacité budgétaire de la ville :

  • créer 150 places de crèches en plus de celles prévues dans le projet du quartier Bossut: coût annuel de plus d'1 million d'euros;
  • créer une école de 7 classes dans l'actuelle maison des associations : impossible faute de surfaces disponibles pour les classes, les espaces extérieurs, les cantines et les besoins administratifs;
  • reconstruire l'école Jules Verne : incompatible avec le projet de construction du futur collège par le Conseil général, par ailleurs propriétaire du terrain;
  • créer 2 lignes de navettes bus fonctionnant toute la journée : compétence de l'agglomération et charge annuelle de l’ordre de 250 000 euros;
  • ouvrir des négociations avec les bailleurs sociaux pour la réhabilitation des immeubles et logements : déjà une réalité aux Larris et à Marcouville, en cours de négociation pour la réhabilitation de plus de 1000 logements dans les quartiers des Louvrais et des Cordeliers;
  • réaliser 300 places de parking sur le site du Parc d'expositions Saint-Martin : incompatible avec l'autre promesse de création d'un pôle tennistique sur le site pour la simple raison que le terrain disponible n'est pas suffisant. Où ? avec quels fonds ? reconstruire un nouveau hall alors que la Communauté d'Agglomération de Cergy-Pontoise n'est prête à mettre que 7,2 millions d'euros quand l'ensemble en coûterait près de 3 fois plus;
  • créer un studio de répétition et d'enregistrement aux Louvrais : trop tard car déjà en cours de travaux pour une ouverture programmée au second trimestre 2014;
  • créer un auditorium de 800 places avec 300 places de parking sur le site de l'ancienne chambre de commerce rue de Rouen, y installer la maison des associations, le Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP), une école de musique et de danse, une antenne "bien vieillir" et des salles de réunions… : projet de parking irréalisable techniquement du fait de la proximité de la Viosne et du risque d'inondation du secteur. Une telle promesse couterait entre 15 et 20 millions d'euros sans qu'elle puisse être bien financée. Projet par ailleurs rejeté par avance par les habitants et associations du quartier;
  • permettre l'implantation d'un hôtel sur le site de l'ancien tribunal : non viable économiquement. Problème, le site est propriété du Conseil général, actuellement en contact avec des porteurs de projets;
  • créer un poste d'adjoint au maire en charge de la sécurité et de la prévention : déjà proposé par Philippe Houillon;
  • installer le poste de police municipale rue de Rouen : où, pour quelle utilité et avec quel financement ?
  • supprimer 15 des 19 caméras prévues pour le vidéoprotection : non conforme aux accords passés avec le ministère de l'Intérieur et perte d’une partie non négligeable du financement obtenu pour les travaux;
  • augmentation des effectifs et des horaires de la police municipale : reprise du programme de Philippe Houillon.

Pour en assumer la responsabilité depuis 13 ans, je connais assez bien les finances de la ville de Pontoise et je peux affirmer que ces programmes ne sont pas finançables sans augmenter les impôts. Les sources de financement annoncées sont plus qu’incertaines, les redéploiements de crédits fantaisistes et les économies totalement exagérées.

Encore une fois, ne nous trompons pas : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent et si la vérité était tellement agréable… tout le monde la dirait !
Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:48

2014 03 18 JobA la lecture de certains programmes, je note qu’il en est qui aspirent à gérer notre ville et proposent des actions qui existent déjà. Simple erreur ou volonté de faire croire que rien n’a été entrepris au cours des années passées. Je penche pour la seconde des thèses car ceux qui les énoncent ont siégé au conseil municipal et ne peuvent oublier qu’ils ont voté pour les actions suivantes.

Philippe Houillon et notre majorité avons voté plusieurs dispositifs en faveur des jeunes, dispositifs qui ont pour vocation à les mettre en situation de trouver un emploi et à les aider concrètement dans leur recherche.

Avant de les détailler, je tiens à rappeler que plusieurs études ont été réalisées pour mesurer quelles étaient les attentes des jeunes, public le plus touché par le chômage et l'exclusion.

Une enquête permettant de recueillir des données statistiques a été réalisée avec la participation des jeunes des quartiers relevant du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de la ville. La finalité de la démarche étant que les acteurs locaux puissent proposer, séparément ou conjointement, des actions pertinentes en matière d'insertion socioprofessionnelle. L'idée d'associer les jeunes des quartiers à cette expérience a immédiatement fait consensus.

Pour procéder à cette enquête, 15 jeunes ont été formés à la passation des questionnaires. Cette expérience leur a permis de mettre en œuvre des compétences qui les aideront dans leur démarche de recherche d'emploi. Les résultats de cette enquête ont été présentés au Conseil Municipal du 22 septembre 2011.

Les dispositifs mis en place par notre majorité :

  • « Bourses BAFA » mis en place depuis 2009 qui a permis à une dizaine de jeunes chaque année d’obtenir ce diplôme ;
  • obtention de l’agrément de 2 ans pour l'intégration de jeunes en service civique
  • chantiers d'insertion concernant par exemple la remise en état de cages d'escalier, la mise en sécurité du Parc du Château de Marcouville ou la rénovation de la salle principale de la Maison des associations. Au terme de ces chantiers, les jeunes ont pu se faire financer le permis de conduire et, pour certains, trouver des emplois ;
  • pour les mineurs, mise en place de chantiers jeunes permettant de financer en partie leurs projets de séjours ou activités de loisirs ;
  • en lien avec le Programme de Réussite Educative, accueil des collégiens exclus temporairement des trois collèges publics au sein des services de la ville ;
  • partenariat avec la Mission Locale pour l'insertion professionnelle des jeunes de 16/25 ans non scolarisés, en recherche d'emploi et/ou de formation professionnelle
  • partenariat avec les foyers de jeunes travailleurs afin de favoriser la sortie du foyer vers le logement ;
  • gestion des demandes de stage pratique et des contrats d'apprentissages;
  • mise en place du « Pass’Alternance »pour aider les jeunes en recherche de stages ou de formation en alternance et du « Prix initiative jeune » pour les accompagner dans leur projet et participer à leur financement.

Autant d’actions et de coup de pouce pour aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et l’emploi.

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 00:00

2014 03 17 policie municipaleSi l’on se réfère aux sondages d’opinion récents, les principaux sujets de préoccupation qu’expriment les Français à la veille des élections municipales sont l’emploi, la fiscalité et la sécurité. En matière de sécurité, Philippe Houillon rappelle lors des réunions publiques que, faisant le constat d’un désengagement de la police nationale depuis une quinzaine d’années sur des missions de proximité, les communes ont été dans l’obligation de créer ou de renforcer les effectifs et les missions des polices municipales.

Il faut en effet souligner que les administrés sont de plus en plus en demande de la présence des policiers municipaux. Cette demande concerne la sécurité à la sortie des établissements scolaires, dans les quartiers et secteurs plus « sensibles », le contrôle de la vitesse en milieu urbain, la verbalisation des véhicules en stationnement interdit sur les trottoirs en particulier, la présence de nuit…

Pour faire face à cette demande, avec Philippe Houillon notre majorité a, dès notre arrivée aux commandes, fait passer progressivement les effectifs de 8 agents à 23, augmenté l’horaire de présence des policiers qui est passée de 10h à 8h le matin et de 17h à 23h le soir.

De même, les brigades ont été organisées pour s’adapter à ces demandes diverses, certaines ayant plus une mission de proximité, d’autres de contrôle, toutes ayant bien entendu la capacité d’intervention en cas de besoin. Une brigade cynophile a par ailleurs été mis en place et c’est cette dernière qui assure les missions de fin de journée.

Enfin, les agents de surveillance de la voie publique, plus communément appelés les ASVP, ont la lourde et délicate mission de la verbalisation pour stationnement interdit ou non payé. Lourde parce que nous sommes en la matière confrontés à une incivilité grandissante, et délicate car tout propriétaire de véhicule n’aime pas être sanctionné pour son infraction et que les réactions sont parfois très agressives.

En matière de moyens mis à la disposition de tous ces agents, il faut également signaler qu’ils ont été dotés de tous les accessoires indispensables pour remplir leurs missions, qu’ils disposent de véhicules, motos et vélos, mais également des outils les plus sophistiqués comme par exemple ceux permettant le contrôle de vitesse ou d’alcoolémie.

Il n’est pas rare que les Pontoisiens se plaignent de ne pas voir la police municipale dans leur quartier alors que les plannings et autres mains courantes montrent bien qu’il n’en est rien. Cela traduit bien la demande d’une présence plus grande de nos concitoyens.

Pour y répondre, nous avons décidé de mettre en place la vidéoprotection.

Sujet  très critiqué par la candidate socialiste au cours des nombreux débats en conseil municipal, mais cette dernière semble avoir changé d’avis aujourd’hui, les Pontoisiens la réclamant. Que ne ferait-on pas pour obtenir des voix, même se renier…

Un autre candidat, qui a toujours soutenu et voté en conseil municipal les orientations et décisions sur sa mise en place, est aujourd'hui devenu critique. Là encore, en politique nous avons l'habitude de voir que l'ambition personnelle fait parfois retourner sa veste.

L’année 2014 sera consacrée aux appels d’offres et aux travaux d'installation pour une opérabilité en 2015. Il est prévu 19 caméras et une surveillance 24h/24h par des agents assermentés, eux-mêmes en relation avec la police nationale.

Enfin, nous prévoyons d’augmenter encore les effectifs de la police municipale avec l’objectif de passer à une présence de nuit. La sécurité, nous nous en sommes occupés et nous en occuperons encore à l’avenir.

A demain pour la suite de ce beau bilan. 

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 11:27

2014 03 16 Studio enregistrementAttendu depuis plusieurs années par les groupes de musiques, les jeunes musiciens en particuliers, le nouveau studio de répétition et d’enregistrement ouvrira très prochainement dans le quartier des Louvrais, sous le Caméléon.

Début août dernier, un prestataire a été chargé de réaliser les études d’ingénierie acoustique, de réaliser les plans, l’avant projet et le cahier des charges permettant de lancer les marchés pour les travaux et l’acquisition des matériels.

Ce lieu, d’une surface de 250 m² qui sera dédié à la musique, viendra compléter l’offre culturelle du quartier qui dispose déjà d’une bibliothèque, de la salle de spectacle et de réunion du Caméléon et de la maison de quartier, sans oublier le théâtre. Il a pour vocation de mettre à disposition des espaces et des matériels pour les groupes de musiciens qui désirent pouvoir répéter et procéder à des enregistrements de leur production.

Les travaux d’aménagement du local, y compris phonique, sont en cours pour une ouverture de l’équipement programmée au début de second semestre de cette année.

Le coût prévisionnel de l’opération a été budgété à hauteur de162 000€ pour un équipement composé d’un accueil, d’une régie, d’un box pour les prises de son, d’un studio d’enregistrement, de deux studios de répétition, d’une salle de stockage, d’une loge et de sanitaires.

"Ville de musiques" comme je l’évoquai il y a quelques jours, Pontoise bénéficiera ainsi d’un lieu complémentaire pour l’expression musicale, certes plus confidentielle puisque qu’il ne recevra pas de public, mais qui sera répondra à une demande récurrente des jeunes.

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 00:00

2014-03-15-ELM.JPGPontoise vit de ses quartiers qui sont autant de sortes de petits villages ou de territoires qui confèrent à notre cité une diversité qui fait sa vitalité. Certes, il ne faut pas que chacun d’entre eux se renferme sur lui-même et il est important que tout Pontoisien se sente Pontoisien et non simplement des Larris, des Louvrais, du Centre, de l’Hermitage…

Chaque quartier a besoin d’un minimum de lieux de vie, particulièrement quand il est fortement urbanisé et que les résidents ne disposent pas d’un lieu extérieur privatif comme c’est le cas dans les quartiers pavillonnaires.

Dès notre arrivée aux affaires, nous avons bien senti ce besoin s’exprimer, qu’il s’agisse d’une demande des jeunes, des familles ou du monde associatif.

C’est pour cette raison, je l’ai déjà évoqué dans un chapitre précédent, que nous avons sans tarder rénové les deux maisons de quartier des Louvrais et de Marcouville qui avaient été fermées pour raison de sécurité.

Il manquait un équipement de ce genre pour les quartiers sud de Pontoise, je veux parler des Larris, des Maradas, de la Palette et des Bocages.

Dans un premier temps nous avons réhabilité l’ancien LCR des Larris, mais à la suite d’un incendie nous avons été amené à repenser et dimensionner un nouvel équipement afin que ce dernier réponde pleinement aux besoins des activités municipales et à celui des habitants et des associations.

Ce fut la concertation et la mise en chantier de l’équipement aujourd’hui baptisé « ELM » qui a très vite été investi et au sein duquel de nombreuses activités s’offrent aux résidents.

C’est encore ce qui nous a décidé à compléter l’offre en direction des jeunes avec le plateau de sport et à tous avec le nouveau boulodrome.

Ainsi, les quartiers sud de Pontoise se sont vus dotés d’équipements à l’image de ce qui existe dans les autres quartiers urbains de la ville.

A venir dans les toutes prochaines semaines, la nouvelle crèche de 60 berceaux elle aussi très attendue.

 

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 16:18

2014 01 18 ListePoursuivant notre tour des quartiers, nous étions hier soir aux à l’école Jean Moulin des Louvrais pour rencontrer et échanger avec les habitants de ce quartier.

Mis à  part une intervention clairement dirigée pour tenter, sans y parvenir, de déstabiliser le maire et notre équipe, l’accueil a été de nouveau été très chaleureux et les échanges se sont poursuivis à la sortie de la réunion. Comme pour chaque réunion, Philippe Houillon a présenté les enjeux de cette élection ainsi que les grandes lignes du programme de notre liste. Commençant à entrevoir les programmes des autres listes, il a fait la démonstration que nombre de leurs propositions sont techniquement ou financièrement irréalisables ou encore que certaines ne pouvaient être présentées comme des réalisations d’avenir tant elles sont déjà d’actualité.

Nous étions encore ce matin sur le marché des Cordeliers et ne pouvons que nous satisfaire des nombreuses rencontres qui nous montrent combien les Pontoisiens sont conscients du changement opéré dans notre belle ville de Pontoise depuis que Philippe Houillon et notre majorité ont entrepris son redressement.

Nous serons lundi 17 mars au Hall Philippe Hémet pour une dernière réunion de quartier.

 

Enfin, ne manquez pas et Jeudi 20 le meeting d’avant premier tour

Jeudi 20 mars à 20 heures au Dôme

Nous vous y attendons nombreux pour soutenir

Philippe Houillon, notre liste et notre projet pour Pontoise !

 

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 15:32

A Pontoise la musique est présente et se diffuse dans de nombreux lieux mais également dans sa diversité.

Il faut déjà saluer l’enseignement musical dispensé par des associations dont la réputation n’est plus à faire et notamment les associations : Harmonia, Sophie Legris, l’accordéon club et Soundiata qui, dans la diversité de leurs offres, touchent un public nombreux de jeunes et d’adultes, majoritairement mais pas exclusivement Pontoisiens, ce qui est un gage réel de qualité. Encore les associations comme Les Heures musicales de Pontoise, Les Amis de William Bird, Pontoise Jazz Machine qui proposent concerts et interviennent également lors de manifestations sur la ville.

2014 03 12 Chant des MoineauxEn matière de diffusion il faut bien entendu évoquer la programmation de nombreux concerts au Dôme, au Caméléon, voire au théâtre des Louvrais, mais ne pas pour autant oublier les concerts du Chant des Moineaux, ceux du kiosque dans le jardin de la ville, et encore ceux qui animent les différentes fêtes du 14 juillet et lors de Médiéval d’Oise, des Journées du Patrimoine et de la fête de la musique, particulièrement prisée d’un large public.

Mais on ne peut passer sous silence la renommée maintenant établie du Festival Baroque de Pontoise et de Piano Campus qui, partis de Pontoise, diffusent plus largement sur l’agglomération de Cergy-Pontoise et même le Val d’Oise.

Le Festival Baroque de Pontoise va bientôt fêter ses 30 ans. Au fil des années, il est devenu l’un des festivals qui comptent dans le répertoire de la musique baroque. « Tout commence a2014-03-14-Tabarin.JPGvec l’envie de quelques passionnés de restituer l’orgue de l’église Notre-Dame, installée dans l’hôtel Dieu en 1640. Dans ce but, l’association des Amis de l’Orgue Notre-Dame est créée en 1986 pour attire l’attention de tous sur ce projet ambitieux. ». C’est ainsi que le site du festival rappelle comment est né le festival. Aujourd’hui, si les fonds nécessaires pour restaurer l’orgue de l’église n’ont pas été réunis, il faut saluer le travail réalisé par les bénévoles qui se sont mobilisés pour faire de ce festival l’un de ceux qui comptent en Val d’Oise. Avec ces 16 concerts en 2013, la 27ème édition a de nouveau enchanté un public, certes souvent averti, mais nombreux. Et c’est avec passion que Patrick Lhotelier dirige et, si l’on peut dire, orchestre avec brio ce festival.

Autre festival ponto2014-03-14-piano-campus-copie-1.jpgisien qui compte, plus jeune mais déjà adulte, Piano Campus fait vivre le piano durant le mois de février de chaque année. Qu’il s’agisse des « Baf » ou Bouffées d’Art Frais qui permettent à de jeunes pianistes amateurs de se confronter à un public et offrent un univers musical au marché du samedi, des concerts précédant le concours proprement dit, des rencontres avec le jeune public dans les établissements scolaires et à l’université, le piano s’est définitivement installé dans l’univers musical pontoisien. Le concours enfin avec ses éliminatoires et la finale qui se déroule au théâtre de l’Apostrophe à guichet fermé et fait naître ou confirmer des talents dont certains sont aujourd’hui mondialement reconnus. Né en 2002, ce festival permet à de jeunes pianistes français et internationaux de se mesurer mais également, et c’est peut-être le plus important, de vivre plusieurs jours un moment d’échanges et de relations uniques dans l’univers des festivals. Il faut reconnaitre en cela le mérite de Pascal et Florence Escande qui ont fait de ce festival un des évènements musicaux majeurs de la saison musicale de Pontoise.

Notre équipe municipale peut être fière de soutenir ces associations et festivals qui rayonnent et font rayonner Pontoise comme une ville de musique.

 

A demain pour la suite de ce beau bilan.       

Rejoignez nous sur le site de campagne à l’adresse : http://www.philippehouillon2014.fr/

Partager cet article
Repost0